Doreen Helloasher

La Pensée Divergente

Cher lecteur, si tu ne le savais pas déjà, je suis extrêmement douée pour rêver. En fait, si seulement il y avait une compétition de rêve, je serai la championne incontestée, c’est certain. A l’école j’étais cette très étrange gamine qui était capable de rester pendant de longues minutes perdue dans ses pensées. Ce qui a amené ma maitresse de CP à annoncer à ma mère, pleine de regret: « Doreen pourrait être la première de la classe… mais elle rêve! ». Le problème c’est qu’elle n’avait pas vu que dans mes yeux, les chiffres qu’elle avait écrit sur le tableau étaient tous sur la même ligne… sauf le 2… Et le 2 devait être bien triste d’être seul, sans ses copains! Pire! Il semble que le 2 soit en plus en charge de diviser! Pauvre 2…

Mes parents étaient ravis, tu t’en doutes, et ils m’ont alors mis promptement dans la machine à secouer. Qu’est ce que la machine à secouer demandes tu? C’est un truc d’adulte. On te prend et on te secoue jusqu’à ce que tu mettes de coté ta pensée divergente au profit de ta pensée convergente.

Pensée divergente VS Pensée convergente

Qu’est ce que la pensée divergente? C’est facile, c’est ta capacité à créer plusieurs solutions à une problématique, basées sur tes propres connaissances. Et du coup qu’est ce que la pensée convergente? J’y viens j’y viens… La pensée convergente c’est donc ta capacité à donner la meilleure solution face à une problématique.

Alors je te vois me dire « ou est le problème? Du moment qu’on a la bonne solution, le reste ne compte pas ». A cela je réponds: « ça dépend, lecteur ». En effet si un jour l’envie te prend de poser ta tablette sur ta plaque électrique et que tu te rends compte que cette plaque n’est pas éteinte, comme tu le croyais et que cette odeur de brulé vient bien de chez toi… il est évident que la solution est de retirer ta tablette avant qu’elle ne cuise! (Non… cet exemple n’est absolument pas autobiographique!)

En revanche, que faire lorsque ton adorable petite cousine te demande une histoire et qu’elle a spécifié avec emphase qu’elle ne voulait « pas une histoire déjà lue »? Nous savons tous les deux qu’elle ne se laissera pas duper si on essaye de recycler une vieille histoire et que nous avons peu de chance de la voir se coucher si il n’y a pas d’histoire du tout.

Mes exemples peuvent sembler futiles, j’en ai conscience. Mais n’est ce pas la pensée divergente qui te permet de trouver une histoire pour ta cousine et qui permet aussi au chirurgien de prendre la meilleure décision en cas d’urgence au bloc opératoire?

Ce qui nous amène à George Land et Beth Jarman qui ont effectué une étude en 1992, visant à mesurer la pensée divergente chez les enfants à différents âges. Ils ont rassemblé 1600 enfants et ont mesuré lesquels utilisaient au maximum leur pensée divergente à 5, 10 et 15 ans. Les résultats sont intéressants:

  • A 5 ans – 98%
  • A 10 ans – 30 %
  • A 15 ans – 12 %

Oui, c’est triste. Mais c’est aussi une bonne nouvelle! Je m’explique: la machine à secouer à malheureusement grandement amoindri la pensée divergente chez ces enfants, mais presque tous s’en servaient parfaitement au début. Il semble donc que la pensée divergente et donc la créativité, nous concerne tous (même Tonton Michel qui considère que la créativité « c’est pour les gosses »). Mieux! Il semble que c’est inné! Et si c’est le cas, c’est donc qu’on peut récupérer cette faculté au top de son application, comme un muscle que nous entrainerions pour qu’il soit de plus en plus fort.

En ce qui me concerne je commence l’entrainement!

Laisser un commentaire